Nos tutelles

CNRS

Nos fédérations

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Recherche > Equipes de recherche > Régulation des signaux de division > Présentation / résumé

Régulation des signaux de division

Présentation

Notre objectif est d’obtenir une meilleure compréhension des mécanismes de contrôle des événements de la réorganisation cellulaire au cours de la division, puisque toute dérégulation conduit potentiellement à une instabilité génomique, des transgressions des points de contrôles du cycle cellulaire et des aneuploïdies. L’identification des molécules clefs de la progression de la phase M n’ont pas permis pour l’heure d’obtenir un modèle satisfaisant qui intègrerait les connaissances parcellaires actuellement disponibles. Parmi des facteurs, le MPF (M-Phase Promoting Factor) joue un rôle pivot et crucial dans la progression de la phase M, ainsi que ses régulateurs directs ou indirects (Myt1, Cdc25, MAPK/Erk et PKA). Les interconnexions entre ces acteurs moléculaires varient au cours du cycle au travers de (i) mécanismes non-canoniques, qui restent à décrire, (ii) de boucles de rétro-actions ou de (iii) pro-actions. De plus, des paramètres comme l’intensité, l’amplitude et la localisation des activités enzymatiques restent largement méconnues et jouent des rôles non négligeables dans les prises de décisions cellulaires. Les stratégies que nous avons conduites depuis plusieurs années sont les suivantes :

1 - développement d’approches quantitatives et qualitatives des voies de signalisation et de leurs interconnexions.
2 - effets des gasotransmetteurs et des contaminants sur les régulateurs du cycle cellulaire et le développement précoce des embryons de Xénope.

L’originalité de notre travail résidé dans l’analyse de phénomènes cellulaires réalisé en cellules uniques ou in vivo, via l’utilisation du modèle Xenopus laevis (ovocytes, embryons), ou l’utilisation d’expression de système hétérologue en ovocytes ou d’approches de type senseurs enzymatiques (kinases).